Evelyne Bissone Jeufroy
Coaching - Thérapies brèves - Psychogénéalogie
Evelyne Bissone Jeufroy
Coaching - Thérapies brèves - Psychogénéalogie
Etapes du deuil - Evelyne Bissone Jeufroy - Coach, Psychologue, Psychogénéalogie, Graphologue

Langue Español 
L'école de psychogénéalogie Anne Ancelin Schützenberger ® offre une formation à l'usage du génosociogramme à :
  • Paris à partir de février 2018.
  • Buenos Aires à partir d'août 2018.
  • Bologne, Italie, à confirmer pour 2018-2019, ouvert aux espagnols.
=> cliquez ici
Par ailleurs, des ateliers individuels de Psychogénéalogie auront lieu à Buenos Aires en mars, août et septembre 2018.
"Quatre plaisirs par jour, au minimum !" est publié en roumain, italien, espagnol et coréen.
L'édition argentine de "Sortir du Deuil" est publiée en espagnol aux éditions Taurus.


Deuil = douleur que provoque la rupture d’un attachement. Le deuil est le processus d'adaptation d'un individu au stress provoqué par une perte significative.     

Le travail de deuil permet de s’attacher à un nouveau projet, une entreprise, un espoir etc. 

La Descente

Courbe des étapes du deuil
Courbe des étapes du deuil
(inspirée des travaux d'Elisabeth Kübler-Ross)
La Perte : Si le moment de la perte n’est pas perçu le travail de deuil ne peut pas s’engager

Le Déni :  Cette étape est d’autant plus fortement ressentie que l’attachement est rompu de façon soudaine, inattendue (« c’est n’est pas possible, pas moi, pas maintenant »)

La Colère : Va du ronchonnement accusateur à la fureur (« ce n’est pas juste », « ils n’avaient pas le droit »)

La Peur :  Peur pour soi ou peur pour les autres, peur ponctuelle ou angoisse globale. Le monde apparaît comme une source de dangers insurmontables.(« qu’est-ce que je vais devenir, comment vais-je faire face » Ici apparaît le problème de mobilité

La Tristesse : Etape décisive et difficile pour affronter la réalité car on prend conscience que ce qui a été fait a été fait et qu’il n’y a plus rien à faire


La Remontée  : On sort de l’impasse, l’espoir renaît 

L’Acceptation : « C’est dur mais c’est ainsi et je vais continuer à vivre le mieux possible. » Dans cette démarche d’acceptation, c’est la personne qui vit le deuil qui passe au premier plan et non plus l’objet du deuil

Le Pardon : Pardon à soi-même, renoncer à l’illusion de la toute puissance, ne plus se laisser envahir par la culpabilité. Ensuite vient le pardon aux auteurs de la perte

Quête du sens : ou le  cadeau caché : « grâce au deuil j’ai pu... » Il s’agit de reconnaître et d’accepter que le deuil a permis de faire des choses non envisageables dans l’ancienne situation.

La Sérénité : (accès au nouvel attachement) : La personne a fait la paix avec ce moment de vie sans excès d’émotion. Elle vit dans l’ici et maintenant et ce qui lui arrive aujourd’hui a plus de retentissement que le passé. Si un nouveau projet se dessine, la personne est capable d’y adhérer.